Les fêtes (exposé sur la vie quotidienne des romains)

5 Les fêtes

Les romains fêtaient à leur manière les trois plus grandes étapes de la vie : la naissance, le mariage et la mort.

a) la naissance :

Le nouveau-né était lavé, puis placé aux pieds du père. Si celui-ci le prenait dans ses bras, cela voulait dire qu’il l’acceptait. L’enfant pouvait être refusé s’il était mal formé, dans ce cas, il était abandonné à l’extérieur de la maison. Neuf jours après sa naissance, le bébé accepté recevait son nom et son amulette, la bulla.

b) le mariage :

Tout comme aujourd’hui le mariage est précédé de fiançailles. En guise d’alliance, le futur mari offrait à sa future épouse un anneau de fer ou d’or. Le jour des noces était difficile à choisir car les romains étaient très superstitieux.

Sous la République, on ne se mariait pas par amour, mais pour avoir des enfants accomplissant ainsi un devoir civique et religieux. Il existait trois types de mariage :

- le confarreatio, cérémonie la plus ancienne, à caractère religieux qui rendait le mariage indissoluble.

- la coemptio consistait en un achat symbolique de la mariée par le fiancé.

- le mariage per usum qui légitime une cohabitation d’une année.

A la fin de la république, un nouveau type de mariage apparaît dit nuptiae, après la disparition des mariages per usum et coemptio. Ce type de mariage restera en vigueur sous l’empire.

La mariée portait une tunique blanche et un manteau rouge. Un voile couvrait le haut de son visage et une couronne coiffait sa tête.

A l’aube, avant le mariage, on célébrait un sacrifice, afin que les dieux accordent leur faveur. Enfin les époux échangeait leur consentement mutuel en se donnant la main.

Ensuite, la cérémonie était suivie d’un banquet qui durait jusqu’au coucher du soleil, après quoi, on accompagnait la mariée à sa nouvelle demeure où on lui présentait l’eau et le feu, symboles du culte domestique.

Comme aujourd’hui, le divorce était reconnu. Si un homme divorçait sans raison, il devait rendre sa dot à sa femme, mais s’il obtenait le divorce parce qu’elle l’avait trompé, il pouvait garder la dot.

c) La mort :

Lorsqu’une personne mourrait, du personnel spécialisé s’occupait du corps pour la crémation ou l’enterrement. Ils lavaient le cadavre, l’embaumaient parfois et le revêtaient d’une toge neuve. Le jour de l’enterrement on louait le plus souvent un char ou une litière funéraire. 0n y plaçait le corps et on le transportait vers le lieu de la cérémonie.

Lorsque c’était une personne riche qui était incinérée, ses cendres étaient placées dans une urne dans le caveau familial. Les cendres des pauvres étaient dispersées dans une fosse commune.

Plus que la mort elle-même, les romains redoutaient de ne pas avoir de sépultures honorables. Ils souhaitaient la présence de leur famille. Le fils aîné devait placer, dans la bouche du défunt, une pièce destinée à payer le passage du fleuve Styx qui séparait le monde des vivants et le monde des morts.

6 votes. Moyenne 2.33 sur 5.

Commentaires (2)

1. cb 18/06/2005

nul

2. vignon 07/06/2007

il fadrait pls de photos normals d temps

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site